Résumé – Les Chamanes Köktegi

Musique de début

Avec le retour des armées de Chat dans l’Enclave, en plus des Cinq Armées Yôkai, le Conseil de Guerre est contraint de prendre des décisions et d’établir des priorités. L’une d’entre elles devint très vite évidente : il faut ramener Dragon.

Guidés par Chèvre, les érudits de toute l’Enclave ont pu travailler sur le sujet. Le rituel qui devra être organisé est d’une ampleur jamais égalée, de mémoire de survivants de l’Enclave. Il s’étalera sur une année complète, avec plusieurs étapes complexes qui ne supporteront pas la moindre erreur. Par conséquent, les préparatifs sont extrêmement soignés et l’on s’efforce de ne laisser aucune place au hasard, d’avoir toujours des solutions de secours ou la possibilité de recommencer certaines étapes.

L’une des étapes clés consumera définitivement un morceau de Kami, qui doit avoir été donné volontairement et ramené d’une façon ou d’une autre dans le monde des Hommes : une denrée rare et précieuse.

L’Enclave ne veut pas prendre de risque et la consigne passe dans tous les peuples : il faut rassembler le plus grand nombre de morceaux de Kami possible, pour pouvoir recommencer en cas d’échec.

Le Mash Ikh, le chef chamane du peuple de Chien, sait où se trouve une plume ayant appartenu à Sunqar, qui règne sur les royaumes des cieux. Alors que les Chats sont aux portes du territoire Chien, une expédition discrète est organisée pour aller récupérer cette plume au sein de la mystérieuse communauté Köktegi.

Sur place, l’expédition constituée de représentants des différents peuples découvre une toute petite communauté, vivant en autarcie presque complète. Cette dernière compte cinq Chamanes Köktegi, les Saqtaw, et toute la vie s’organise autour d’eux.

La communauté Köktegi suit des règles extrêmement strictes, souvent injustes, et vit sous la protection de Kami très dérangeants. Ces derniers sont cruels, violents, tyranniques et sanguinaires : ce sont les Azil-Qaljin, les suivants de Sunqar. Leur rôle est de veiller à ce que la communauté perdure coûte que coûte. Les informations et missions qui lui ont été confiées doivent traverser les siècles en restant absolument intactes, sans la moindre altération, sans le moindre oubli.

En plus de devoir faire face à de nombreuses coutumes déroutantes, dérangeantes et déconcertantes, l’expédition doit gérer le fait que le territoire est infesté d’éclaireurs Chats, qui ont de nombreux objectifs militaires dans la zone. La discrétion est de mise : Chat ne doit pas découvrir ce qu’il se trame ici.

Les négociations sont difficiles : les chamanes Köktegi sont très difficiles à aborder, de nombreuses consignes doivent être respectées et les membres de l’expédition peinent à suivre. Malgré cela, petit à petit, les chamanes acceptent de dévoiler de nombreuses informations, au compte-goutte.

C’est ainsi que l’on redécouvre l’histoire oubliée sur Son Créateur, d’où sont nés Création, Destruction et Préservation (Jaratilis, Joyu et Saqtaw). On apprend également comment s’est passée la naissance de Chat, ou l’existence de la Magie des Étoiles, pour laquelle tout reste encore à redécouvrir.

Les membres de l’expédition assistent également à une mystérieuse cérémonie, au cours de laquelle les Saqtaw guident de nombreux esprits défunts égarés, pour les renvoyer dans le monde de la Lumière.

Ainsi, malgré toute la révulsion que provoquent chez eux la communauté Köktegi et ses règles, il semble indiscutable que cette dernière joue un rôle essentiel dans la survie des peuples de l’Enclave.

Malgré les pressions et les difficultés, les Saqtaw finissent par accepter de céder la plume. Ils mettent cependant les membres de l’expédition en garde : pour récupérer la plume, il faut un sacrifice humain. Ainsi, au prix d’un lourd tribut pour occuper la créature qui protège la plume, l’expédition envoyée par le Mash Ikh parvient à accomplir sa mission.

Dans la foulée, l’un des chamanes vivant au sein de la communauté Köktegi pour servir les Saqtaw reçoit soudain un message important. Lui qui était toujours noyé par le bruit de nombreuses voix sans jamais vraiment réussir à les comprendre perçoit soudainement un message d’une clarté limpide : « Il arrive ! Réveille-toi, il arrive ! Dépêche-toi ! »

Les Saqtaw interprètent facilement ce message venu des étoiles : Joyu est en route. Bientôt, il sera là, et ce sera peut-être la fin de toute l’Existence.

Ainsi, alors que les armées Chats s’apprêtent à passer en masse sur le territoire de la communauté, les Saqtaw annoncent que le moment est venu de la dissoudre. Ils prennent tous les cinq la route, accompagnés de ceux qui le souhaitent, pour aller répandre le message et leurs connaissances dans toute l’Enclave… Car désormais, le temps presse.

Musique de fin

Quelques photos souvenirs…

… et bonus !

La voix des étoiles – Bande-son n°1

La voix des étoiles – Bande-son n°2

Chants rituels de la communauté Köktegi

Même si la communauté Köktegi est considérée comme faisant partie du peuple de Chien, elle possède ses propres rituels, traditions et coutumes. Lors de la première attaque de Tanshin, des peuples entiers ont fui depuis les Douze Mondes pour se réfugier dans l’Enclave, sur Tigre.

Au sein du peuple de Chien, des communautés entières se sont mêlées pour qu’avec les siècles, une seule et même communauté survive. Les traditions se sont mêlées, les croyances, les contes, les légendes et les coutumes également.

Les Köktegi, eux, protégés par des Kami bien particuliers, avec des objectifs bien particuliers eux aussi, sont toujours restés repliés sur eux-mêmes, depuis leur fuite du monde de Chien.

Ils sont protégés par les Kami, mais ils prient les étoiles. Ils connaissent leur puissance, leur pouvoir et, surtout, leur langue. Les chansons rituelles qu’ils chantent sont en langue des étoiles.

Le Son Créateur

Avant, il n’y avait Rien. Ce Rien, que nous appelons Estene, ce n’était pas le trou sombre et empli de ténèbres qu’on imagine. C’était comme une goutte, contenant tout le potentiel pour devenir Tout, Barliq. À l’origine du monde, il y eut un son : A-U-M. Trois tonalités pures résonnèrent ; leurs vibrations repoussent les frontières de l’Existence toujours plus loin aujourd’hui encore.

De ces trois tonalités, Jaratilis, Saqtaw et Joyu naquirent. Pendant des millénaires, ces
trois entités s’équilibrèrent. Jaratilis expérimentait, inventait, jouait ; Joyu désintégrait, disséquait ce que Saqtaw ne protégeait pas. Un jour, lasse de ne pas pouvoir produire des créations plus élaborées, Jaratilis s’incarna sous la forme d’une immense fontaine de lumière blanche après avoir fait promettre à Saqtaw qu’il protégerait son œuvre. Les astres furent ses premiers enfants. Elle expérimenta les couleurs, le froid, le chaud, l’infiniment grand et le petit. 

Puis, après de longs siècles de préparation, elle créa les Douze : Rat, Yak, Tigre, Lièvre, Dragon, Serpent, Cheval, Chèvre, Singe, Grue, Chien et Sanglier. Jaratilis les invita à tourner autour d’elle et le temps fit son apparition. Sur le dos de chacun, elle posa un monde, rond ou plat, dans lesquels elle installa d’abord les kami, des créations à la puissance et aux apparences variées. Ces derniers prirent rapidement leurs aises, voyageant entre les mondes et les plans, testant leurs capacités héritées de leur mère. Ce fut à cette époque que Jaratilis imagina les éléments et la magie qui en découlait. Les kami étaient désormais autonomes et elle se retira pour reprendre des forces. Pendant ce temps, Saqtaw veillait à ce que Joyu reste à l’écart. Ce dernier se vengeait sur les étoiles, engloutissant la lumière avec voracité.

Finalement, Jaratilis imagina l’Homme. Elle confia sa protection aux kami et aux Douze. Il ne serait pas capable de voyager entre les mondes et sa maîtrise de la magie ne serait pas innée. Il serait fragile et sa vie serait courte, un battement de paupière dans l’histoire du monde. En revanche, elle les laisserait entièrement libres de choisir leur destinée. Après cela, Jaratilis plongea dans un profond sommeil dont elle ne se réveilla qu’une fois, mais ceci est une autre histoire… 

Joyu continue d’œuvrer dans les recoins les plus sombres de l’univers, là où il a englouti toute lumière. Il n’a qu’un seul but : que l’existence redevienne Estene, le Rien. Sa menace est toujours là, bien présente, et le jour approche où il apparaîtra aux yeux des Hommes pour les annihiler. 

La naissance de Chat / Tanshin / Mamoru

Jaratilis est à l’origine de toutes les choses qui existent dans l’univers. Les étoiles, les Kami, les Yôkai, les Mondes, les Hommes, la magie… Et bien d’autres choses encore qui demeurent inconnues ou bien cachées. Tout cela est de son fait. Saqtaw, lui, protège de son mieux tout cela en le préservant de Joyu, qui détruit tout. 

Après avoir créé tout cela, Jaratilis sombra dans un profond sommeil, qui dura des milliers d’années. Pendant ce temps, les Hommes prospérèrent sur les Douze Mondes, guidés et protégés par les Kami. Joyu poursuivit ses assauts et Saqtaw eut de la difficulté à tout préserver. 

Un jour, Jaratilis s’éveilla, sans un mot, sans un signe avant-coureur. Ce fut Chèvre qui s’en rendit compte la première et qui avertit les autres dans un hurlement de joie. Ils eurent à peine le temps d’exprimer leur bonheur, que la vive lumière de Jaratilis déclinait déjà de nouveau. 

Un petit miaulement retentit. Chat se trouvait là, jeune monde nouveau né, au milieu de ses aînés vieux de dizaines de milliers d’années, qui l’observaient sans savoir que penser. Jaratilis venait de leur donner un nouveau frère, et s’était rendormie épuisée, sans une explication. Pourquoi ? Que devaient-ils faire ? Une longue conversation s’ensuivit, qui dura plusieurs vies d’Humains. Le débat, mené par Rat et Tigre, fut long et complexe. 

Finalement, les Douze rejetèrent Chat, ne l’acceptant pas parmi eux. Ce dernier fuit au fin fond de l’univers, là où la lumière avait été dévorée par Joyu. 

Des Kami racontent que Jaratilis n’est pas vraiment restée silencieuse, ce jour-là. Les Douze étaient trop loin pour entendre son léger murmure, mais ces Kami-là vivaient parmi les astres et ils n’oublièrent jamais ses quelques mots.

 “Aidez le à grandir, car quand Joyu reviendra, il aura la force de tous vous protéger.”

La plume de Sunqar

Sunqar est un Kami céleste qui vivait autrefois dans les étoiles, auprès de Jaratilis, qu’il aimait tendrement comme une mère. Il était accompagné d’une dizaine d’autres Kami, qui étaient tous comme des petits frères, des compagnons, des suivants et des serviteurs à la fois. Ces Kami là étaient farceurs, caractériels, hautains… Mais gardaient vivace le souvenir des derniers mots que Jaratilis leur avait adressés. “Protégez les Hommes”. 

Quand elle se rendormit pour la seconde fois, Sunqar comprit que ce serait pour longtemps encore, car elle était épuisée. Il choisit donc de se rendre sur le monde de Chien, auprès du peuple Koktegi, qui priait plus les étoiles que les Kami. Il prit ce peuple sous sa protection et entreprit de leur apprendre la puissance du Qi et de la Magie des Étoiles. 

Il protégea ceux qu’il put au moment de l’attaque de Chat et veilla à ce qu’une petite communauté perdure au fil des siècles. C’est lui qui est en contact avec les Mash Ikh successifs. 

S’il existe bien une notion de Kami majeurs et de Kami mineurs, alors Sunqar est un Kami majeur parmis les Kami majeurs. Souvent absent car il retourne régulièrement veiller sur le sommeil de Jaratilis, ce sont ses servants, les Azil-Qaljin, qui restent en permanence au sein de la communauté pour veiller à ce qu’elle perdure et que les informations qui lui ont été confiées traversent les siècles intactes. Ces Kami exigeants, caractériels, fiers et susceptibles n’en sont pas moins fidèles à leur parole et férocement engagés dans la survie de l’Humanité.

La plume a été offerte peu de temps avant l’attaque de Chat et sa lumière a guidé les Koktegi dans les ténèbres du passage qui les a menés de Chien à Tigre. C’est pour eux le symbole de leur survie et la preuve que Sunqar les protège.